The Coming Curse - Graspop Metal Meeting 2008 Pt. II-1

Publié le par A.M.E

Buz, les -hum- cheveux au vent... s'apprêtant à braver cette deuxième journée d'un air déterminé.

Samedi 28 juin. 11h30. J'ouvre un oeil, puis deux, et constate que Buz est déjà réveillé. Le bruit que je perçois sur la toile de tente m'informe qu'il pleut dehors. Pas beaucoup toutefois (ce sera même passager). Nous sortons les chaises pliantes de la tente et nous installons dehors, en train de prendre un petit-déjeûner TRVE exclusivement constitué de clopes et de bières.

Cette journée s'annonce comme moins éreintante que la précédente: moins de groupes nous intéressent en effet, le premier, Alestorm, ne devant pas se produire avant 15h40. Nous profitons du temps qu'il nous reste pour retirer de l'argent et faire deux-trois courses en ville. Pour ce faire, nous n'allons pas à Dessel (je ne sais pas même pas s'il y a un distributeur dans ce patelin vraiment paumé), mais à Retie, situé à 4km de notre campement. Une bourgade pas bien grande mais où on aura sûrement plus de chances de trouver notre bonheur. Nous faisons un brin de toilette dans des sanitaires couverts uniquement constitués d'espèces de grands abreuvoirs à chevaux qui se succèdent sur toute la largeur. Pendant que certains crachent leur dentifrice, d'autres font la vaisselle dans le même abreuvoir. Hygiène TRVE. Nous nous rendons en ville. Je demande à une commerçante où on peut retirer de l'argent et s'approvisionner en cigarettes. Comme je me sens redevable, je lui achète un kilo de pommes. De la TRVE nourriture pour metalheads affamés. Nous nous rendons dans la rue qu'elle nous indique mais comme nous ne trouvons toujours pas de distributeur, nous demandons à une passante de nous montrer le chemin. Celle-ci, très accueillante, nous demande si nous venons pour le Graspop (pas bien dur à deviner avec nos t-shirts et notre apparence sûrement déjà crasseuse malgré notre toilette). Intérieurement, je suis fier d'être un warrior mais je suis surtout content de voir que les habitants, sûrement habitués par la présence annuelle de metalleux dans leur coin, nous accueillent et nous rendent service avec le sourire. Des questions me traversent l'esprit: comment ces gens nous considèrent-ils ? Pensent-ils que nous sommes des marginaux qui vivons 24h/24 dans la crasse et le bruit mais qu'au fond, nous sommes sympas ? Nous considèrent-ils comme des sortes de romanichels qui arpentent durant l'année tous les coins qui proposent ce genre de festivals ? Sont-ils vraiment rassurés au fond d'eux-mêmes malgré le sourire de façade qu'ils affichent ?

Quoiqu'il en soit, cette charmante passante nous propose de l'accompagner puisqu'elle aussi se rend à la banque pour retirer de l'argent. Ceci-fait, nous nous rendons dans le supermarché local où on trouve aussi bien de la bière que... des cigarettes. Un autre monde pour moi. Buz, blasé par toutes ses expériences vécues d'immortel, trouve tout ceci parfaitement normal.

Après avoir bu quelques coups à l'endroit où siège notre tente rouge-sang, nous nous rendons sur le site du Graspop à 15h40, tout juste au moment où débute le set d'ALESTORM sous le Metal Dome (il s'agit en quelque sorte du chapiteau "Nouvelle Star" du Graspop, car son but est de révéler de tout jeunes groupes au public). Alestorm, qui a sorti un album sympathique en début d'année répondant au nom de Captain Morgan's Revenge, propose un metal hargneux au côté folk très prononcé, et situe son propos au temps des pirates, comme Running Wild. Le groupe semble avoir un certain succès car beaucoup de personnes du public reprenaient les paroles. Niveau scénique, c'est une réussite totale: le chanteur, très drôle (surtout quand il joue les notes folk sur sa guitare-synthé), trouve facilement écho auprès du public, le gratteux se révèle impressionnant en enchaînant des solos puissants avec force tapping et autres variantes guitaristiques et musicalement, il faut avouer que la musique du groupe passe super bien le cap du live. Energique, diablement entraînant et sans temps mort du début à la fin, nous restons sur place du début à la fin du set alors qu'à l'origine, je pensais que nous ne dépasserions pas le cadre de la curiosité sur un ou deux titres. Un apéritif très ravigorant en attendant la suite.

La suite, c'est SONATA ARCTICA qui est chargé de l'assurer sur la Main Stage à 16h55 et pour Buz et moi, le soufflé retombe aussitôt le concert commencé. Bon, me concernant, le soufflé avait plus l'allure d'un matelas pneumatique gonflé par un pneumopathique étant donné que je n'attendais rien du groupe, n'étant pas fan de leur musique à la base mais tout de même, interpréter deux titres mous extraits du dernier album Unia n'était peut-être pas la meilleure solution pour démarrer le set. Quand bien même le groupe enchaîne des titres plus anciens par la suite, l'ensemble me paraît fade et ne prend pas. Je ne suis pour ainsi dire pas du tout dedans. Buz non plus et visiblement, le constat est le même pour le public, où seule une frange des tout-premiers rangs semblent prendre un certain plaisir. Pour le reste, c'est le calme plat. Du coup, nous délaissons le set des Finlandais pour nous diriger vers le Marquee I, afin d'assister à un bout du concert de Korpiklaani.

Le set de Soporifica ArcticZzZ...
~ Photo prise par Buz ~

Buz m'assure que Korpiklaani en live, ça le fait. Toutefois, nous choisissons de regarder seulement les deux-trois premiers titres car dans moins d'une heure, c'est Iced Earth qui doit fouler les planches de la Main Stage et il est hors de question pour nous d'être mal placés durant leur set (abominae) ! Comme nous avons quitté le show de Sonata Arctica assez tôt, nous arrivons dans un Marquee I encore peu bondé et pouvons donc choisir nos places sans trop de problème, bien que les premiers rangs soient déjà occupés.

18h00. KORPIKLAANI est accueilli sous les applaudissements vivaces du public. D'un coup, un simple tour de tête vers l'arrière me fait comprendre que la sortie ne se fera pas sans encombre car c'est un Marquee I plein à craquer qui se présente sous mes yeux effrayés. Qu'importe, nous aviserons, on est des guerriers ou on ne l'est pas ! Violon, accordéon et guitares électriques, le folk-metal dansant de Korpiklaani est en effet très communicatif. Rien de bien surprenant dans la musique du groupe mais je dois bien reconnaître que ce style de metal, à défaut d'être original (du moins, en regard de la saturation de groupes officiant dans ce style actuellement car à la base, le genre est tout de même bien singulier), donne envie qu'on s'y attarde en concert. C'est presque à contrecoeur que je me décide à partir quand Buz annonce que les trois premiers titres sont passés et qu'il nous faut nous installer devant la Main Stage pour voir Iced Earth dans les meilleures conditions. Nous quittons le chapiteau après avoir pourfendu les légions de fans qui tentaient de nous barrer la route.

Cornes-piklaani jouant devant un public tout acquis à sa cause.
~ Photo prise par Buz ~

18h55. Nous sommes de nouveau situés dans les 5-10 premiers rangs nous séparant de la Main Stage. ICED EARTH entre sur scène sur les premières notes de "The Dark Saga" et l'ovation est évidemment à la hauteur de l'événement que représente le retour du chanteur emblématique d'Iced Earth, Matthew Barlow, au sein de la formation. Comme Jon Schaffer aime virer plein de monde de son groupe, je lui conseillerais bien de virer ce gratteux qui a littéralement saccagé l'intro en lead de "The Dark Saga", comme s'il jouait sur une guitare désacordée ! Le même problème se présentera plus tard sur un autre titre. Toutefois, j'avoue que je n'ai pas noté d'autre massacre durant le reste du concert. Il faut dire que mes yeux étaient rivés sur Schaffer et bien évidemment Barlow, d'une puissance vocale rare, et qui a assis tout le monde en modulant sa voix chaude sans aucune fausse note du début à la fin du concert, passant le plus aisément du monde des graves aux aiguës sans montrer aucun signe de faiblesse. Vous connaissez le triple-live Alive in Athens ? En terme de chant, de son et d'ambiance, j'ai eu à de nombreuses reprises l'impression de me replonger dans ce live magistral tant l'ensemble était carré et quasi-parfait, bien qu'évidemment plus court. Un véritable florilège d'hymnes, pêle-mêle: "The Burning Times", "Dracula", "Ten Thousand Strong", "Violate", "Pure Evil", "Vengeance is Mine", "My Own Saviour"... sans oublier "Melancholy (Holy Martyr)", une chanson dont je ne suis pas extrêmement fan mais qui m'a paru magique ici, le refrain serrant le coeur plus que jamais à l'occasion de ce set et que je ne me suis pas privé de reprendre avec passion.

Durant le long et superbe "The Coming Curse", je vois Buz qui pointe son appareil sur moi. Pensant qu'il voulait me prendre en photo, je headbangue bêtement comme un damné jusqu'à ce qu'il presse sur le bouton... Ce n'est que plus tard que je réalise que ce fumier d'immortel me filme !!! Pris de court, je me mets à bafouiller n'importe quoi lors d'un des passages-clés de ce super titre ! Le résultat, catastrophique, plus bas :D

Au bout d'1h05 de concert, Iced Earth rend les armes avec le titre "Iced Earth". 1h05 qui m'a paru durer 20 minutes. Nous quittons la fosse des étoiles dans les yeux mais dans ma tête, je regrette que ce concert n'ait pas vu sa durée doublée.


Matthew Barlow: "Vengeance is mine !"


Puissant et carré, un Iced Earth au sommet.


Un chanteur de session d'Iced Earth. Collector !
~ Vidéo filmée par Buz ~



Pt. I - Pt. II-1 - Pt. II-2 - Pt. III

Publié dans Concerts & Festivals

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maiden 04/07/2008 23:37

ahah Buz TRVE sexy au lever ! Content que Cornes-piklaani te plaise !

A.M.E 05/07/2008 17:25


Oui, c'était très sympa. Par contre, j'avoue que sur album, ce style de zik a tendance à me saouler. C'est bien plus plaisant en live !


Misanthrope 04/07/2008 23:15

Beh j'ai trouvé le Metal Market bien fourni meme si il était plus petit que celui du Hellfest. Mais bon c'est sur que si tu y vas sans etre sur d'acheter un truc ça le fait pas. Moi j'aime tout et ne possède "que" 500 albums et des brouettes donc j'étais sûr de ramener quelque chose.

A.M.E 05/07/2008 17:24


Oui, justement, je dépense moins qu'avant en CD. Ca reste relatif parce que j'achète encore pas mal de CD mais les nouveautés me séduisent moins maintenant. Je n'étais
vraiment pas certain de trouver mon compte dans le Metal Market du coup.


Misanthrope 04/07/2008 20:17

Bon sur ce billet je serai rapide.Déjà vu ta tronche soit t'as picolé comme un fou, soit le soleil t'a bien niqué (ou les deux!)Ensuite Sonata ce fut chiant à souhait. Heureusement que Tony Kakko porte le groupe sur ses épaules car les autres avaient l'air de s'emmerder grave. Putain c'est pourtant pas si dur de sourire! Encore ils feraient du true raw black je comprendrai qu'ils soient pas contents mais du heavy speed mélodique merde! Qu'ils aillent se faire foutre eux, leurs égos, et leur cachet à 4 zéros!Iced Earth! Putain de merde c'était bon! La aussi on me disait que Barlow bougeait pas trop gnagnagna . Il a assuré le show quasiment tout seul a arpenter la scène sans arrêt, soliciter le public et compagnie! Par contre quel dommage que le reste fut aussi statique. J'avais l'impression que les musiciens ne se connaissaient que depuis 5 minutes... c'est vraiment dommage, même pas un regard... Sinon Barlow...il m'a impressionné. Non seulement il a repprit ses titres à merveille, mais lorsqu'il s'est attaqué à "Ten Thousand Strongs" ou encore "Declaration Day" c'était mais alors, parfait! Je pensais pas qu'il s'en tirerai aussi bien. Il t'est monté dans ces putains d'aigus aussi facilement que lorsque je décapsule la première bière de la soirée. Impressionnant! Et il ne me semble pas l'avoir entendu de la sorte encore... Bref pour conclure si les gars du groupe montraient un peu plus qu'ils sont amis ça aurait été plus beau, non?tiens et pour t embete je précise que j'ai trouvé le metal market, j'y ai acheté le live dont tu parles. Il tue!

A.M.E 04/07/2008 21:02


Ouais, j'ai pas été épargné par le soleil. J'ai même été brûlé à la joue. En ce moment, je finis de peler tranquillement :)

Pas faux pour Iced Earth. C'est vrai que Schaffer ne s'exprime pas des masses et que c'est Barlow qui a fait tout le concert niveau expression scénique.

J'ai trouvé le Metal Market également. Je suis persuadé qu'il n'y en avait pas il y a deux ans. Je n'y suis pas allé. Dépenser un précieux jeton pour ne pas être sûr de ramener quelque chose au
final... j'ai préféré m'abstenir. Bien content que tu aies acheté ce foutu live et qu'il te plaise. Je dis pas que des conneries, hey ;)


michu 03/07/2008 19:56

j'peux pas voir la video ...............sniff

A.M.E 04/07/2008 06:33


Réessaie, Michu, c'était sûrement un bug passager :)


Angs 03/07/2008 12:54

J'lai pas reconnu Buz sur la premeire photo on dirait François Hadji-Lazaro.Sympa le compte rendu en tout cas, ca devait etre enorme Iced earth.Vivement la suite!

A.M.E 03/07/2008 13:20


Lol, t'y vas fort quand même :D

La suite arrive, mais pas avant ce soir, je pense, ou au pire demain après-midi. C'est chiant de bosser :/

Heureusement que j'ai toujours la tête dans le festival :D