Rock N'Roll All Nite ! - Graspop Metal Meeting 2008 Pt. II-2

Publié le par A.M.E

Un t-shirt collector d'Iced Earth sur lequel je me suis jeté.
~ Photo prise par Buz ~

Après le concert d'Iced Earth, nous flânons en direction du Marquee I où se produit un groupe dont les vocaux gutturaux me font penser à un bruit de toilettes qui se débouchent. Hasard ? A côté du chapiteau se trouvent en effet les urinoirs où les effluves raffinées de pisse exposée en pleine chaleur nous chatouillent les narines. Poussés par la curiosité, nous entrons dans la salle et constatons que BRING ME THE HORIZON, un groupe de grindcore, s'y produit. A un moment, le vocaliste demande quelque chose au public. Je propose à Buz de nous reculer dare-dare car en effet, le public cède à la requête du vocaliste et se lance illico dans un circle-pit d'enfer qui occupe la moitié de la salle. Pogos, fracas de corps les uns contre les autres, c'est limite si on n'entend pas les cages thoraciques se broyer lors de ces collisions anarchiques. Rigolo, certes, mais pour les amateurs de musique que nous sommes, le groupe n'en veau (si si, c'est une faute volontaire) finalement pas la peine et nous décidons de quitter la salle afin de nous placer correctement pour le concert de Cavalera Conspiracy qui doit se produire sur la Main Stage dans peu de temps.

Un circle-pit sauvage lors du set de Bring Me The Horizon.

Sur le trajet, nous rencontrons des festivaliers qui se livrent à un concours de corde à sauter, un autre qui fait étalage de son habilteté de jongleur avec des espèces de boules en verre ainsi que de jolies infimières se livrant à un jeu énigmatique. Malheureusement, nous arrivons à la fin de leur performance et comme il y a deux ans, je ne saurai donc pas encore pour cette fois à quelle activité elles pouvaient bien s'adonner. Note pour Maud: s'inscrire à ce jeu à l'occasion du Graspop 2009 afin de nous en expliquer le principe.

Le numéro sympathique d'un jongleur occasionnel.

(Chant guttural) "Un petit cochon embroché vi-vant !!!"

CAVALERA CONSPIRACY investit la Main Stage à 21h10. Pour rappel, ce projet n'est autre que celui monté dernièrement par les frères Cavalera (Max et Igor), en froid depuis plus de dix ans. Autant dire que ce set était assez attendu, d'autant que beaucoup de personnes nourrissaient l'espoir de réentendre les titres de l'âge d'or de Sepultura, le groupe qui a vu les deux frangins se désunir. Si leur souhait a été entendu, la prestation offerte par le groupe fera l'effet d'un pétard mouillé. Comme pour le concert de Sonata Arctica, la sauce carioca ne prendra en effet jamais et les titres s'enchaîneront sans passion. Même des bombes comme "Territory" et surtout "Chaos A.D." seront jouées sans conviction. De là où nous sommes placés (juste derrière les enceintes en aval de la fosse), le son se révèle certes très mauvais mais nous constatons que le public reste finalement peu réactif durant la prestation du groupe. J'ai même l'impression que Buz et moi sommes quasiment les seuls à reprendre les paroles. Rien à faire mais tant que le line-up légendaire de Sepultura ne se réunira pas, Max & Cie auront toujours du mal à pleinement convaincre. Nous quittons précocément le set afin d'aller boire un coup et d'assister au concert de loin, qu'on oubliera finalement assez vite lorsque nous nous lancerons dans une de nos discussions. Décevant.

Deux frères qui ne sont plus en froid mais qui en jetteront un à l'occasion de leur set...
~ Photo prise par Buz ~

Pendant que nous papotons, le maquillage blanc et noir qu'on voit apparaître ça-et-là sur le visage de certains festivaliers rappelle aux plus distraits qu'un des groupes les plus attendus de cette édition 2008 va se produire dans quelques instants sur la Main Stage. Buz et moi ne sommes pas fans de KISS. Nous ne connaissons pas énormément leur discographie et leur musique ne nous touche pas plus que ça. Pourtant, nous sommes certains que le moment que nous allons passer sera un des plus grands du festival, tant les shows proposés par le groupe ont pour réputation d'être parmi les plus spectaculaires du monde du rock n'roll et d'en coller plein la rétine.

Après quelques bières, nous quittons le bar pour nous installer dans la fosse, dans les vingt premiers rangs afin d'avoir une vue d'ensemble correcte de la scène.

"Tiens ! Du corpse-paint ?
- Oui, sûrement des fans d'Immortal."
~ Photo prise par Buz ~

23h30 !!! Euh... non. Remontons quelques vingt minutes plus tôt. Buz et moi sommes dans la fosse, qui se remplit à perte de vue derrière nous. Pendant que nous discutons, un homme d'une cinquantaine d'années se tourne vers nous et nous demande: "Français ?". Nous: "oui". Première erreur. "Je suis de Lens". Moi: "Ah, je suis né dans le coin" (ce qui est vrai, je suis né à Saint-Quentin, à une heure de route de Lens). Le bonhomme me serre virilement la main et s'installe juste sur ma gauche. Deuxième erreur. Il me sort: "J'suis bourré". Argh ! Il me causera tout du long en ch'ti ! Re-argh !!! "Heûûû, cha mooonte", me dit-il en voyant le rideau KISS se soulever légèrement. Nous sommes dans un festival à l'étranger, devant nous se produira bientôt l'un des plus grands groupes de rock n'roll de tous les temps, j'ai mal aux pieds et je dois être le seul festivalier qui va devoir se coltiner un boulet ch'ti durant tout le concert.

23h30 !!! Le rideau monte enfin. Les projecteurs s'allument. La tension monte. Une plate-forme descend du haut de la scène et le rideau qui le recouvre nous dévoile peu après le groupe au grand complet ! Le mouvement de foule qui s'ensuit me permettra de semer mon interlocuteur, qui se retrouvera derrière moi durant tout le concert mais qui, heureusement, ne le remarquera jamais. Je suis sauvé. Je vais voir un des plus grands spectacles live qui me sera offert. Je suis heureux !

Ce qui est super avec un groupe comme KISS, c'est que les moments spectaculaires sont tellement nombreux qu'on n'a même pas besoin de s'attarder sur telle performance de tel musicien ou tel titre plus fort que tel pendant studio pour vous dire à quel point c'était bien et surtout à quel point c'est à voir. Nul besoin de connaître le groupe pour apprécier. Le déluge d'effets se suffit tellement à lui-même que n'importe qui peut sans problème apprécier un concert de KISS, comme ce sera le cas pour Buz et moi. C'est limite si les chansons sont du bonus finalement, tant c'est le spectacle qui prime avant tout. Et la patate dégagée par les musiciens fait évidemment tout le reste.

Gene Simmons qui crache du feu, les flammes qui s'échappent de la guitare de Tommy "Ace Frehley" Thayer sous un déluge de décibels, les plates-formes mobiles qui soulèvent les deux hommes jusqu'en haut de la main stage, les feux d'artifices par dizaines, les effets pyrotechniques tournoyant, les flammes montantes, les fumigènes, la pluie de confettis, Gene Simmons qui vole jusqu' en haut de la scène après son inquiétante transformation qui le voit cracher du sang, Paul Stanley qui s'envole au-dessus du public qui l'acclame pour finalement atterrir sur la régie son-et-lumières où il continue de jouer et de chanter... Du grand, du très grand live !

A un moment, Eric Singer connait un souci technique pendant son solo de batterie. J'ai cru que c'était fait exprès, au vu des volutes de fumées qui se dégageaient sous sa plate-forme mobile qui le voyait s'élever dans les airs, et que tout ceci allait repartir de plus belle avec force effets spéciaux en tout genre. Au bout de cinq minutes, j'ai commencé à me dire que peut-être quelque chose clochait. Le départ du batteur de la scène confirmera mes craintes et celles des autres festivaliers (qui, eux, avaient compris que quelque chose ne tournait pas rond, depuis belle lurette, au son des huées qui montaient progressivement du public). On aura des interruptions de ce genre à trois reprises. Mais pro comme il est, Paul Stanley parviendra à faire patienter tout le monde en faisant participer le public. A tel point d'ailleurs que ces inconvénients n'auront pas du tout entaché le concert et qu'ils apparaîtront comme de simples accrocs au milieu d'un show qui a autrement atteint la quasi-perfection. D'autant qu'au lieu des 1h30 prévues, le groupe jouera pour une durée totale approchant les deux heures de live en enchaînant les rappels, Paul nous ayant préalablement prévenu qu'ils joueront jusqu'à ce que nous n'en puissions plus. Rock N'Roll All Nite ! Une attitude qui force le respect. On est loin du mépris affiché de Guns N'Roses deux ans plus tôt.

Au final, voilà un moment au bout duquel Buz et moi ressortons évincés mais heureux. C'est assurément en live que le Baiser se fait le plus mortel !

KISS 2008 au grand complet.

Gene Simmons, le vampire chantant.
~ Photo prise par Buz~


Tommy Thayer, le nouveau Ace Frehley.
~ Photo prise par Buz~


Simmons et Thayer tutoient les cieux.
~ Photo prise par Buz~

Un des nombreux feux d'artifice tirés lors du concert.
~ Photo prise par Buz ~


Déluge de confettis.

Baiser brûlant.

La fin du concert ? Non, juste un feu d'artifice parmi tant d'autres.

Gene Simmons seul en haut de la main stage après son envol.
~ Photo prise par Buz~

Dédicace pour Michu !!!

Nous retournons au campement où les "Tèmèèèèèèèèèèèèèèèèè" entendus la veille trouvent de plus en plus d'écho. A un moment, nous entendons une voix surgir d'une tente, probablement un festivalier agacé par cette bien curieuse expression qui ne veut rien dire pour nous. "Shut up, Tèmè ! Tèmè fuck off !!!".

Nous fumons une dernière cigarette. Il doit être au bas mot 3h00 du matin. Nous nous engouffrons dans la tente, des tonnes d'images dans la tête, et nous apprêtons à nous endormir. Demain, ou plutôt tout-à-l'heure, d'autres moments mémorables nous attendent.



Pt. I - Pt. II-1 - Pt. II-2 - Pt. III

Publié dans Concerts & Festivals

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Meuh AME tu fumes ? )=Pour Bring Me The Horizon c'est du deathcore et tu as eu une sacrée chance de tomber sur leurs show, c'est un groupe énormeBonne nuit !
Répondre
A
<br /> Ouais, j'ai repris la clope depuis un moment :/<br /> <br /> Deathcore, grind... c'est un peu la même merde, non ? ^^<br /> <br /> <br />
M
Nono , essaie les ALIVE I - II et III
Répondre
A
<br /> Tu m'avais déjà envoyé le Alive III, Michu. J'avais bien aimé. J'écouterai sûrement le I et le II, mais je pense que cela ne sera pas à la<br /> hauteur de ce que j'ai vu il y a une semaine, justement parce que j'ai VU ;)<br /> <br /> <br />
M
Le baiser n'a pas perdu de sa flamme. Merci de nous faire vivre vos moments inoubliables. Chanceux va !....
Répondre
A
<br /> Merci mon Papy :)<br /> <br /> <br />
M
oui mais euh................les morceaux de KISS sont biens quand meme .........he ho ...........non..................ben si ...........un p'tit peu ..............si si..................je vous le dit ........................on s'en fout pas...............................non mais ........................lol 
Répondre
A
<br /> Faudrait que je réécoute sur album, mais j'ai peur qu'avec le son moins dynamique de l'époque et l'absence de fans en folie, ça passe toujours aussi mal que mes<br /> premières écoutes. Pour moi, KISS, ça restera sûrement un groupe que j'apprécierai presque exclusivement en live. Mais je retenterai :)<br /> <br /> <br />
M
Je suis content que Kiss t'ai fait la même impression que moi, à savoir on s'en fout des chansons, c'est le show qui fait tout.Ils resteront pendant un bon bout de temp comme modêle pour les concerts.Super sympa la dédicasse.
Répondre
A
<br /> En espérant qu'ils fassent le Graspop 2009 comme ils l'ont annoncé. J'en reprendrai bien une deuxième fournée, moi :)<br /> <br /> <br />